Sheila Diaz Garcés

Ce printemps 2022, on démarre avec force et expressivité, avec un certain air transgressif, cassant des sujets chauds, délicats et parfumés, comme il sied à la saison de floraison. Et ce pouvoir de ton vindicatif au quotidien nous est transmis par l'artiste d'origine cubaine, originaire de La Havane, Sheila Díaz Garcés.

Sheila nous rappelle, dans nombre de ses œuvres, l'un des plus grands représentants de la peinture abstraite, le brillant artiste informel espagnol, Antoni Tapies. Comme notre admirée artiste barcelonaise, Sheila exprime son art avec des oeuvres improvisées portées par l'instant. Son idée est la force et l'expressivité du moment présent. Il combine des textures naturelles, accompagnées de formes qu'il génère avec des pinceaux, des objets du quotidien, ou de sa propre main, sur des matériaux naturels comme le papier, le plâtre, le ciment, le sable, etc. De plus, il appuie son art dans une utilisation "usée" de la couleur, sauf dans ces bleus saisissants et vifs, peut-être souvenirs de paysages marins, peut-être...

Notre artiste de ce printemps a une prédilection pour l'idée de la déconstruction de l'art. Un concept où prédominent à la fois les sensations initiales et les nouvelles qui chevauchent les premières, mais qui sera toujours susceptible de se transformer. Tout est permis, et pourquoi pas, quand ce qui s'exprime se fait avec ressenti selon votre état au moment de la création.

Il ya un article intéressant dans El País sur le processus de déconstruction de l'art et ce que l'article appelle « l'art de déconstruire l'art », centré sur la peintre Lita Cabellut.

Nous avons trouvé une interview sur le blog Localyetnot, qui nous a aidés à mieux connaître Sheila, et nous l'avons mis en lien car il nous donnera plus d'informations sur sa façon de voir la peinture. Par curiosité, dans ce blog, ils découvrent une belle maison de la Vieille Havane, où nous pouvons dormir accompagnés d'un tableau de notre artiste invité pour cette saison. Une belle opportunité, pleine d'authenticité, pour ceux qui aiment l'union du voyage et de la culture.

La moitié de ce que vous entendez – 2021

35 x 50 cm – techniques mixtes sur papier

Élévation en bleu – 2021

165 x 150 cm – mixte sur jute

​Il y a une sorte de carte ou de paysage intérieur qui nous habite, qui mute et se recompose, comme une sorte de mystère qu'il faut sans cesse révéler. À travers mon travail, j'essaie de parcourir ce chemin d'enquête et de reconnaissance de soi. Un processus dans lequel la matière joue un rôle fondamental.

J'ai traversé une forêt de symboles – 2021

165 x 150 cm - techniques mixtes sur toile

Action / Effet – 2022

55 x 40 cm – techniques mixtes sur papier

Je trouve dans les éléments que j'utilise une profonde charge spirituelle et un langage infini. Divers matériaux convergent dans chacune de mes pièces, non seulement ceux traditionnels des beaux-arts, mais aussi de ma vie quotidienne, tels que des morceaux de plastique et de papier, du bois, des tickets d'achat, des cordes, des sacs, etc. Celles-ci se confondent entre des taches colorées et des lignes qui suggèrent, à de multiples reprises, des paysages d'élévations et de chemins qui émanent de la composition comme une sorte de métaphore de notre expérience vitale.

Le rendez-vous – 2022

60 x 33 cm - collage sur papier

Je ne suis pas - 2022

42 x 50 cm – Collage sur papier

Mon travail est une exploration constante de notre état de conscience et un véhicule fondamental pour m'explorer et me découvrir.

Sheila dans son atelier à Madrid

travail conjoint

Sheila et Gustavo